Le Russe Blanc à La Sône

Classé dans : Tourisme | 0

Balade en VercorsIl était une fois … Tout a un début, non ? … un Russe blanc venu s’installer dans la prestigieuse France. A l’inverse de ses nombreux compatriotes venus de la Russie froide mais ô combien superbe en nature sauvage, il délaissa Paris pour s’immerger dans un autre coin plus verdoyant de la France : l’Isère, et parmi les nombreux villages de ce département, il tomba en adoration devant ce joli coin anciennement nommé « Sonatus Aquae », l’eau qui bruit, qui tinte, qui court, « La Sône ».

Et son goût pour les grandes étendues de steppes russes fut comblé par le proche plateau du Vercors. Ce Russe Blanc choisit de s’installer dans la maison que vous allez peut-être habiter vous-même et que vous pouvez visiter sur ce site. Son atelier d’électronique se trouve encore dans l’immense grenier de cette maison. Car pour son hobby, il était radio-amateur.

Le jour, il travaillait dans l’usine de soie du village. De sa fenêtre, il pouvait voir la tour de la magnanerie, juste en face, tour dans laquelle les vers à soie, nourris sur les nombreux mûriers noirs ou blancs de La Sône, tissaient leurs cocons qui allaient fournir la soie pour les riches parisiennes, parisiennes auxquelles il avait préféré la nature riche et sauvage de cette région isèroise.

Quand il revenait de la grande bâtisse dans laquelle il donnait son labeur quotidien, il passait par la promenade du long de la berge de cette rivière Isère, tumultueuse à l’époque, disciplinée depuis par de nombreux barrages, et échangeait des souvenirs de son lointain pays avec quelques poissons que lui donnaient les pêcheurs installés au pied du village, à quelques pas de notre maison. Puis avant de s’en retourner à son hobby électronique, il traversait le pont et s’enfonçait dans la forêt voisine pour y trouver, selon la saison, des châtaignes, des noix ou des champignons. Les cerisiers, aussi les mûriers ne manquaient pas.

Lorsque j’habitais cette maison avec mes trois enfants il y a encore quelques temps, nous allions également nous perdre avec bonheur dans cette forêt toute proche. Un espace de loisirs nautiques existe maintenant à deux kilomètres, et les enfants en gardent de merveilleux souvenirs.

A l’instar de ce Russe blanc, ou de notre petite famille, venez revivre au calme dans cette nature encore préservée. L’hiver, vous pourrez grimper sur le haut plateau du Vercors où les amateurs de ski trouvent de nombreux circuits pour le fond, la raquette ou la descente à Villars-de-Lans, tout proche.

Le Russe blanc s’en est allé il y a bien longtemps mais son souvenir plane toujours en ces lieux de bonheur. Pour vous, trois niveaux, trois appartements spacieux et bien aménagés, un grand grenier, une cave presque aussi vaste, cette maison avec son prix très bas, plus qu’un achat est un placement sur l’avenir.

Elle n’attend que vous pour revivre.